name="imingo.com" border="0" alt="un compteur pour votre site">

 

Renaissance de l'anthologie subjective, disparue avec mon site depuis fin avril 2012.

Un blog de Canalblog ne pouvant accueillir plus de 100 pages, ce nouveau lien sera réservé uniquement à l'antho en complément du site "Guy Alllix, poète" et il comprendra donc au maximum 98 poètes (+ 2 pages de présentation).

J'ai donc remis en ligne (presque...) toutes les pages qui se trouvaient sur le site guyallixartofficelive.

Les réactualisations se feront peu à peu... J'ajouterai aussi les photos et les compteurs arrêtés au nombre où ils étaient lors de la fermeture du site sur office fin avril 2012.

En avant-préface du site, ce poème, écrit entre 2008 et 2010 et publié dans Correspondances (recueil à deux voix avec Marie-Josée Christien aux éditions sauvages) qui dit assez ce (ceux...) que je refuse ici :

 

 

Petits hommes dans l’univers

Grands du seul sable dans le désert

Ils décrètent leur propre génie

Comme on érige une ruine déjà

Une maison de papier sous l’orage

 

Quand il n’y a que l’amour

Une poignée de poussière

Une seule

poignée de main

 

Nous survivrons de l’inexistence même

En nul lieu que l'ombre

Guy Allix

 

***

 

  Et j'ajoute cet extrait des Petites notes d'amertume de Marie-Josée Christien (en préparation aux éditions sauvages) tout à fait en accord avec mes propres exigences :

"Bien sûr, et heureusement, l’œuvre dépasse son auteur. Pour autant l’auteur ne peut s’exonérer d’un minimum de qualités humaines. J’attends d’un auteur qu’il soit en accord avec son œuvre, qu’il « s’efforce à ce que la vie et l’écriture soient le moins possible dissociées »,  ainsi que le formule avec pertinence Michel Baglin."

Marie-Josée Christien, Petites notes d'amertume

 

Les poètes qui n'ont pas de valeurs morales, n'ont pour moi justement aucune valeur.