name="imingo.com" border="0" alt="un compteur pour votre site">

 

Richard Taillefer

 

P1040754

 


Richard Taillefer, poète revuiste. Cofondateur de la revue Poésimage (France). Né un 21 avril 1951 à Montmeyan. Un de ces magnifiques villages perchés du haut-Vars situé au pied des Gorges du Verdon.

Président du festival des nuits de la poésie de la chanson et des arts du Haut Var et du Verdon.

En 1972, après une année passée dans le cadre du service militaire obligatoire, il rentre à la SNCF comme conducteur de train, dépôt du Charolais, situé à Paris et ce jusqu'en 2001.  Période de militantisme syndical. Elu à plusieurs reprises délégué du personnel.

En 1981, il s'installe à Savigny-le-Temple, ville de 30 000 habitants de la Seine-et-Marne où il y assure la présidence de la maison de la culture (Espace Prévert) de 1993 à 1998, puis la fonction de maire adjoint délégué à la culture en 2001.

 

En 1977, il publie son premier recueil de poésie (Combat pour un amour), ce livre sera suivi de 8 autres :

Ombre et lumière/1979/Cahiers Froissart

Litanies pour quatre saisons/1981/Cahiers Froissart

Au rond-point des falaises/1994/Cahiers Froissart/Prix Froissart

Corps de papiers/1991/La Table Rase

En un clin d'œil /2009/Patrimages

Jusqu'à ce que tout s'efface/2010/ Editions Dédicaces

Des clins des mémoire/2011/Editions Dédicaces

L’éclisse du temps/2013/Editions Dédicaces

Revues:

La Sape, Décharge, Cahiers Froissart. Poésimage, Comme en Poésie, Jointure, Patrimages, Capital des mots, Intuitions, Les Cahiers du Charbon Blanc, la Grappe, Recours au Poème, Les cahiers de poésie, Landes, Francopolis,  Poesiemuzikect, Agonia (Roumanie), Levée d’encre , Les mots plus grands que nous, Libelle, Laencore, …

 

Dans le cadre de la revue Poésimage, il réalisera des entretiens et portraits de plasticiens: Emile Sabouraud, Henri Goetz,  Bengt Lindström, Edouard Pignon, Patrick Lipski, José Pédros I Ginestar...

Invité au salon du livre de Montréal en 1985 dans le cadre de l'OFQJ, 15 jeunes Editeurs viennent saluer le Québec. Lors de cet évènement, rencontres avec les poètes Gaston Miron, Claude Beausoleil, Patrick Straram (Le Bison Ravi), Marie Belisle, Hélène Dorion, Lucien Francoeur, Bernard Pozier, Madeleine Gagnon, Yves Boisvert, Célyne Fortin et le photographe Serge Mongrain. De ces échanges, naîtra "RENCONTRES QUEBECOISES' publié dans la revue Poésimage.

Anthologies poétiques:

- 114 Poètes sollicités par de jeunes collégiens du Nord/éd. Haut de France
- Poètes pour Haïti. (Textes nés du tremblement Haïtien sans nom)/Secourspoétique.net puis aux Editions de l'Harmattan

- Spécial Haïti/revue Intuitions- Anthologie 2010 des Editions Dédicaces

Visages de poésie /  tome 6 /Jacques Basse / Rafael de Surtis Editeur

Vagues de poète en méditerranée/ Jacques Basse/ Rafael de Surtis Editeur

 

Comme on le sait, je fréquente peu les salons mais je suis heureux d'être allé à celui de Goussainville dans la rgion parisienne car j'y ai fait la rencontre de Richard qui lui m'a dit m'avoir déjà croisé à Montgeron en 1976 (là il fait sûrement une erreur puisqu'en 1976 je n'étais pas né !). L'homme est sympa et généreux et j'aime ce coeur "qui n'est plus qu'une immense blessure rebelle". Loin de l'indifférence hautaine dont on fait de nos jours une vertu. Merci à toi, Richard. 

 


Mon cœur est un bazar sans index 

 

I

 

Sur leur lit de fatigue

ils guettent le chant du coq

 

Insondable la profondeur des âmes

mais mon cœur n'est ni de bois ni de pierre 

 

Sur chaque bourg

s'estompent de lentes fumées

et les chiens vont jappant dans les rues désertes

 

Encore un jour qui se lève

 

II

 

Je pense à ceux que j'aime

et à tous ceux qui ont perdu 

l'essence même d'exister

 

Si dur est le sort des gens

dont les noms ne sont plus 

que de simples numéros de détresse

sur des registres anonymes

 

 

III

 

On a fait lever le mendiant de son banc

square des Abbesses

 

On a battu l'enfant abandonné

dans un bidonville de Kolkata

 

L’orage tombera sur un monde 

indifférent au monde 

 

Oh cruelles douleurs

où tout et tous se dérobent 

 

 

 

 

IV

 

On déplore le voleur de grand chemin

 

le corsaire des mers abordant le passant 

sur les anciennes routes des voies de la soie

 

le pickpocket du métro Barbès - Rochechouart 

 

On baisse les yeux

sur les lèvres de toutes les prostituées

 

Mais qui sont les monstres ?

 

 

 

V

 

Mon cœur n'est plus 

qu'une immense blessure rebelle

 

Le verdict  détourné 

d'un absurde tribunal de pacotille

 

Dans mon lupanar des illusions perdues    

ne trouveront jamais place :

 

vos salles boursières

vos comptoirs de banques masqués

vos guichets incongrus

vos ventes aux enchères de la misère

 

Mon cœur est un bazar sans index